Sal

Cap Vert – 2014

Salut à tous,

La saga du Cap Vert a continué cette année avec un carton plein de 8 jours de navigation sur 8 à Kite Beach, en résumé du jour d’arrivée au jour du départ. En effet, les plus affamés à savoir Aymeric et Martin, ont encore tiré 1h30 de nav le samedi juste avant de partir vers l’aéroport. Il faut dire que le vent avait décidé de dépasser les 30 nœuds le jour de notre départ, et “non di Kass”, fallait pas rater ça! .Sinon, Les Alysés étaient bien présents toute la semaine avec en moyenne 20-25 nœuds chaque jour de quoi bien remplir les journées à la plage. Le groupe de cette année était bien homogène et est resté soudé et très solidaire. En particulier, pendant les traditionnels apéros de 19h00 qui ont remis du baume au cœur à chacun pour surmonter la fatigue des longues heures de navigation mais surtout le désarroi de l’accueil et du séjour relativement médiocre cette fois à l’hôtel Pontao. Que dire, si vous n’avez pas une chambre coté rue où la musique du « Pirata » anime vos rêves « jusqu’au bout de la nuit » en concert avec les joutes nocturnes des autochtones et les aboiements des chiens, celle du coté intérieur coté piscine, vous offre une vue imprenable sur la construction bétonnée de l’agrandissement de l’hôtel. Agrandissement, qui par ailleurs  NOUS prive de nos sacro-saintes aires de nettoyage des kites. Nous ne sommes vraiment plus en pays conquis ! A cela, s’ajoute le manque d’eau chronique du soir pour la douche avec au mieux du goutte-à-goutte ou au pire, nada, et la nécessité de se rincer dans la piscine (non-chauffée). De quoi faire claquer les portes….D’où finalement l’absolue nécessité de ces apéros où par contre l’eau pour le pastis ne manque pas.

Point de vue navigation il y avait, à mon avis, moins de monde sur le spot cette année et on a pu profiter de belles sessions sans être trop souvent dans le trafic. On a utilisé toute la semaine des surfaces de 7 à 11 m2. Marius, le plus jeune de la troupe, a bien progressé en alignant les allers-retours et affrontant vaillamment les vagues de la barre ; « T’as vu, p’pa, j’ai réussi un saut d’au moins, heu, haut comme ça !!! ». De quoi rendre très fier ce dernier nommé qui, avec sa silhouette gracile (si, si !), sillonnait le spot de façon débonnaire faisant ça et là le ramassage des sacs plastiques traînant dans l’eau. En aparté, c’est vrai que la pollution de la plage par le plastique et autres détritus apportés par la mer est importante sans parler des autres endroits de l’île où elle est pire encore. On se demande parfois comment cela est possible et on regrette un peu le manque d’action de nettoyage au niveau local. On voudrait tellement que notre paradis soit parfait ! Pourvu que l’idée d’Aymeric de mettre sur pieds une ONG qui aiderait les locaux à s’investir dans les ramages sur les plages puisse aboutir. J’aime bien ce coté Robin-des-bois qui pourrait se transformer à l’avenir par Aymeric-des-plages (mouais, ca sonne quand même moins bien même si l’idée est aussi estimable) – fin de l’aparté. Le reste du groupe pourrais se divisé très sommairement en deux niveaux; les Croiseurs avec Joeri, Alex , Wim et moi-même dont les allers-retours imperturbables sont parfois agrémentés de petits sauts ou autres figures voulues ou pas. Le second groupe des plus expérimentés est celui des biens nommés Cabris Surfeurs avec Martin, Egide, Aymeric et Alain. « Cabris » parce que ça saute à tout va un peu comme les puces dans le sable . Cette année, on a eu en particulier un premier « tube » pour Martin dans les vagues du petit matin et l’apparition du strapless pour Gigi et Aymeric. Alain est lui aussi mordu par ce nouveau challenge pas si évident que ca, parait-il ! Pour terminer, je voudrais remercier chaque personne pour cette chaleureuse et très amicale semaine passée à Sal en espérant encore pouvoir la renouveler là-bas ou ailleurs….

Cap Vert – 2009

Billet Jetairfly.com compter entre 400 et 500eur (parfois moins avec du bol…) vol direct Bxl/Sal 6h30 de trajet. Climat trop top même en février. Le soir un petit pull et parfois légèrement frais en journée par vent fort et si couverture nuageuse. Mais ça reste dans des températures de rêve pour cette période là (20/24 °C en journée et 16/18°c le soir). D’ailleurs le climat est assez doux toute l’année !!!!

Hôtel sur place, le Pontao un hotel simple mais très propre avec un bon rapport qualité/prix (compter 35eur pp la nuit avec petit dej bien copieux). Localisation de l’hôtel proche de la plage. Accès au spot (le vrai…) se fera via pick up. Compter 10eur/trajet. Comme on était 6, that’s ok.

Magnifique plage près de l’hotel avec centre de kite, planche mais un vent irrégulier, légèrement off et vagues en short break. C’est pas le bon spot selon moi et la très grande majorité des kiteurs qui se trouvent à….Kitebeach évidemment.

Kitebeach, c’est grand, c’est beau mais ya du monde….bref ne pas hésiter à vous déplacer sur droite (downwind) et éviter surtout de vous mettre face au centre UCPA car les débutant vous balayent le spot toute la journée et c’est parfois un peu pénible. Sinon peu voir pas de piège si ce n’est les rochers que vous apercevrez très vite et qui ne posent pas de réels problèmes pour la navigation. Le vent est ici relativement on shore, donc en cas de pépin vous rentrez avec le vent et les vagues.

Un grand sentiment de sécurité. Quand il y a du swell, de belles vagues se forment à +/-400m de la plage + un short break relativement soft. Bref un spot assez facile pour tout le monde mais il faudra faire attention à votre voisin qui ne sera pas bien loin.

Punta Preta, à mon grand regret ce sera pour une prochaine fois mais (voir photo) c’est clairement un spot radical. Si vous avez un bon niveau, c’est vraiment à essayer tout en restant très prudent sinon bye bye le matos vu que le vent est off….on ne peut pas tout avoir !